L’importance de la base médicamenteuse pour l’officine

Par Linda Leprovost Le mercredi 29 mars 2017

On l’oublie souvent mais la base de données médicamenteuse intégrée au logiciel métier des officines a un rôle central dans le bon fonctionnement et le quotidien de la pharmacie.

Image_importance_BDD_demi

Quel est le rôle de la base de données en officine ?

Selon la définition de la HAS (Haute Autorité de Santé) « Une Base de données sur les Médicaments (BdM) est une banque de données électronique intégrant les informations produites par les autorités officielles, des informations scientifiques produites par les sociétés savantes et toute autre information sur les médicaments.»

Son rôle de base est donc de fournir toutes les informations nécessaires sur les médicaments (nom, prix…) mais elle est bien souvent beaucoup plus riche que cela en fournissant de nombreux autres éléments sur les produits de parapharmacie, des recommandations, des informations produits, des aides à la prescription…
Enfin, l’un des rôles majeurs de la base de données en officine ; si ce n’est le plus important est la sécurisation de la délivrance. C’est en effet la base de données produits qui fournit les informations de contre-indications et d’interactions assurant les garde-fous nécessaires pour une délivrance sécurisée en fonction du profil du patient et de sa prescription.

Quelles informations sont fournies par la base de données dans les logiciels métiers pour l’officine ?

Il faut distinguer 2 types d’informations fournies par la base : les informations obligatoires et réglementaires et les informations complémentaires dont l’objectif est d’apporter aux pharmaciens des éléments lui permettant de conseiller au mieux ses patients, de le former et de l’accompagner.

Les informations réglementaires et obligatoires de la base

Le décret n°2014-1359 du 14 novembre 2014 rend obligatoire la certification des Logiciel d’Aide à la Dispensation (LAD) d’officine. Cette certification impose que le logiciel d’officine utilise une base de données elle-même agréé par la HAS. La HAS a ainsi définit dans une Charte qualité des bases de données sur les médicaments un certain nombre d’exigences auquel l’éditeur de la base doit répondre pour bénéficier de l’agrément.

Cette charte définit notamment les qualités essentielles d’une base de données sur les médicaments (exhaustivité, neutralité, exactitude, fraicheur et complétude) ainsi que les éléments que la base doit contenir.

Voici quelques exemples de ce que la base doit contenir :

  • ensemble des spécialités pharmaceutiques ayant une AMM
  • SMR (Service Médical Rendu)
  • prix public TTC des présentations remboursables avec le/les taux et la base remboursement
  • le statut princeps ou générique
  • le TFR
  • la date de première commercialisation
  • les formes pharmaceutiques
  • les voies d’administration
  • le code CIP
  • le RCP
  • les fiches de bon usage du médicament
  • les monographies intégrant tous les résultats des contrôles de sécurité (interactions, intolérance, allergies croisées, contre-indications…)
  • etc.

Retrouvez le détail de la charte sur le site de la HAS :
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2008-06/charte_has_bdm200608.pdf

Les autres informations fournies par les bases

Au-delà des informations obligatoires et réglementaires les bases de données fournissent de nombreuses autres informations qui accompagnent le pharmacien dans son exercice au comptoir :

  • Références de tous les produits hors médicaments et dispositifs médicaux (parapharmacie, OTC)
  • Equivalences étrangères
  • Données sur les intoxications aigües médicamenteuses et non médicamenteuses (plantes, champignons, produits ménagers…)
  • Recommandations thérapeutiques
  • Alternatives thérapeutiques possibles en cas d’interaction
  • Classifications thérapeutiques

Au-delà des informations fournies qui peuvent déjà créer des disparités entre les différents éditeurs, les bases se distinguent également par les traitements qu’elles peuvent proposer sur ces informations tels que :

  • Les résultats des recherches et leur pertinence
  • L’exhaustivité et la clarté des informations produits (monographie…)
  • La Recherche des équivalences
  • La Pertinence des classifications proposées sur le hors médicaments
  • La Pertinence des interactions et contre-indications
  • La Recherche et détection des redondances pharmacologiques (prescriptions de deux médicaments à principe actif différent mais appartenant à la même classe thérapeutique)

Comment choisir la bonne base de données pour sa pharmacie ?

Si bien entendu le choix doit s’appuyer sur l’ensemble des informations que fournit une base il doit également se faire sur sa pertinence, son exhaustivité et son intelligence dans le traitement des informations.

Il convient de ne pas oublier que la base de données est là pour guider les professionnels de santé dans leur pratique, il faut donc qu’elle soit scientifique et qu’elle apporte une vraie réflexion pharmaceutique dans ses propositions et les fonctionnalités qu’elle peut apporter (recherche pertinente par DCI, propositions d’alternatives thérapeutiques en cas d’interactions, remontée des redondances, pertinence dans la recherche de contre-indication en fonction des allergies déclarées du patient…)

Certaines bases proposent également des services complémentaires qui peuvent être intéressants comme l’accès à un site complet en ligne et l’accès aux informations de la base via une application smartphone et ce, en complément des contenus accessibles dans son logiciel métier.

Enfin, pour les officines qui travaillent en étroite collaboration avec les médecins et les infirmières bénéficiez d’une base de données commune donc compréhensible par ces autres professionnels de santé peut permettre de simplifier les échanges. Par exemple dans le cas d’une interaction ou d’une contre-indication relevée, il est plus facile d’avoir le même langage avec le médecin. Aujourd’hui c’est le cas avec la base Vidal qui reste à ce jour la base la plus répandue chez l’ensemble des professionnels de santé.

Peut-on travailler avec plusieurs bases de données médicamenteuses dans son logiciel ?

Non. Une seule base de données médicamenteuse intégrée au logiciel métier est possible. Chaque base de données fonctionnant différemment, le logiciel métier doit adapter ses fonctionnalités en fonction de la base de données. Il n’est donc pas possible de lui permettre de gérer 2 bases de données différentes.

A lire aussi :
Le LGPI, le logiciel métier créé pour les pharmaciens

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.